This post was originally published here: post

 

Le Mentor Minister : « The Indian Ocean Region handles 30 % of global trade and keeping the region safe is critical to our economy and prosperity »

L’ancien Premier ministre et Mentor Minister, sir Anerood Jugnauth, a balisé le champ d’intervention des pays riverains dans la lutte contre le terrorisme dans l’océan Indien. Depuis lundi dernier, il a fait le déplacement en Inde en vue de participer à la troisième Counter-Terrorism Conference, organisée sous l’égide de l’India Foundation à New Delhi. Intervenant lors de la séance plénière, hier, il a souligné l’importance de la zone de l’océan Indien dans le commerce international et la nécessité de garantir la sécurité et de réduire les risques d’actes de terrorisme dans cette partie du monde. Il a lancé un appel à la solidarité et à la collaboration de tous les pays bordant le bassin de l’océan Indien pour lutter contre le terrorisme à l’instar de la résolution adoptée lors de la dernière réunion de l’Indian Ocean Rim, qui s’est déroulée récemment en Indonésie.
Commentant d’entrée de jeu les délibérations de cette conférence, qui a démarré en début de semaine, sir Anerood a relevé trois facteurs majeurs, soit l’urgence de la vigilance et de cette collaboration entre pays avec des échanges d’informations, la nécessité d’une approche humaine en traitant du terrorisme et l’importance de la préséance du « rule of law over the bullet of anarchy and hatred ».
Il a également mis l’accent sur l’importance de l’océan Indien dans les échanges commerciaux sur le plan international. « The Indian Ocean Region handles 30 % of global trade. Almost half of the global traffic of containers passes through the Indian Ocean waters. Our region therefore holds strong strategic significance. Keeping the region safe is critical to our economy and prosperity », a-t-il dit.
Sir Anerood a poursuivi que le terrorisme n’a pas sa raison d’être dans une société civilisé. « Let me make it clear that no cause, either political or otherwise, can justify the killing of innocent people in any society », a-t-il ajouté en rappelant qu’un ressortissant mauricien, l’ancien Chief Executive Officer de la State Bank, en mission officielle en Inde, plus particulièrement à Mumbai, en 2008, a été victime du terrorisme.
« He was, like thousands of others, an innocent bystander caught in senseless acts of violence. Such heartbreaking events torment us and we react firmly to condemn them without any reserve. However I want to stress that the violent terrorist ideology should by no means be associated with any specific religion, nationality or a particular ethnic group. We are all concerned by this phenomenon. Terrorism is indeed affecting all open societies alike », a-t-il fait ressortir.
Le Mentor Minister s’est félicité de la décision du secrétaire général des Nations unies de mettre sur pied un nouveau Counter-Terrorism Office sous la responsabilité d’un Under Secretary General et a plaidé le soutien de Maurice à la Global Initiative to Combat Nuclear Terrorism des Nations unies. Dans son intervention à la séance plénière et en guise de contribution à l’élaboration d’une stratégie contre le terrorisme, sir Anerood a formulé une série de neuf propositions, soit
– l’adoption d’un Concerted Plan of Action regroupant tous les États riverains de l’océan Indien sur une « single platform that will have an accrued vigilance in respect of potential threats before any spiral into uncontrollable happenings » ;
– une Ad Hoc Task Force en vue d’assurer le partage de Counter-Terrorism Experience vu les techniques et technologies sophistiquées dont se servent les groupes terroristes dans leurs missions ;
– des National Counter-Terrorism Strategies pour s’attaquer à la racine du mal avec la promulgation de lois en conformité aux guidelines des Nations unies ;
– la lutte contre le radicalisme, l’extrémisme et le terrorisme avec une contre-propagande effective sous toute forme de média ;
– la coopération de la société civile, des ONG, des parents, des éducateurs « in identifying and deterring home-grown violent extremists that seek to disrupt social harmony » ;
– l’inclusion des leaders religieux en tant que partenaires privilégiés dans la lutte contre le terrorisme ;
– des règlements pour « criminalise the movement of foreign terrorists, their logistical support and the networks that facilitate their movements, departure and return, as well as the standardisation of punishment procedures » ;
– l’importance de respecter les droits de l’homme lors de l’adoption de cadre légal contre le terrorisme ; et
– un appel à tous les pays pour travailler de concert tout en s’assurant du « cost of security which is very important for Small Island Developing States like Mauritius ».
Citant le Mahatma Gandhi à l’effet que « you must not lose faith in humanity. Humanity is an ocean ; if a few drops of the ocean are dirty, the ocean does not become dirty », le Mentor Minister a fait état de quatre conditions préalables, soit « first : no discrimination ; second : no double standards ; third : tolerance and mutual respect and fourth : readiness to act decisively and effectively ».